Politique des stages

POLITIQUE DE STAGES DE LA COMMISSION AFRICAINE DES DROITS DE L'HOMME ET DES PEUPLES

Introduction

Le système africain des droits de l’homme introduit dans le discours international des droits de l’homme de nouveaux concepts et de nouveaux défis pour les étudiants, les universitaires, les militants des droits de l’homme et les juristes internationaux. Il n’est donc pas surprenant que plus de vingt-cinq ans après l’adoption de la Charte Africaine des droits de l’homme et des peuples (ci-après dénommée la « Charte Africaine »), vingt ans après l’entrée en vigueur de la Charte et deux décennies après l’établissement de la Commission Africaine des droits de l’homme et des peuples, il reste encore beaucoup à écrire sur le système africain des droits de l’homme. Il demeure l’un des plus globaux en termes de droits protégés mais pourtant l’un des plus faibles en termes de protection de ces droits.

Au cours des dix dernières années, le système africain des droits de l’homme a suscité l’intérêt chez toutes catégories de personnes ayant un lien avec les droits de l’homme : étudiants, professeurs, militants, avocats, etc. Les représentants de la Commission Africaine et les intellectuels ont fait de nombreux exposés lors de forums internationaux et régionaux et ont distribué des documents pertinents sur les institutions d’apprentissage sur le régime africain des droits de l’homme. Cependant, l’intérêt pour la Commission s’en va agrandissant en même temps qu’elle continue de croître et que ses activités sont appréciées.

Un nombre croissant de jeunes universitaires ont également exprimé leur intérêt à visiter le Secrétariat et à consacrer du temps à travailler avec lui pour mieux apprécier le système. Le nombre de demandes augmentant chaque année, le Secrétariat a considéré qu’il est important d’élaborer certaines lignes directrices qui orienteraient les relations entre ces visiteurs et la Commission. Bien que tous ceux qui visitent la Commission ne soient pas considérés comme des stagiaires, ce document est destiné à réglementer les relations entre la Commission et les personnes souhaitant y faire un stage.

Déclaration de politique de stages

Les stages sont des programmes éducatifs permettant aux stagiaires d’acquérir une expérience de travail pratique et de développer des compétences dans les domaines de leur orientation de carrière sous la direction d’experts ou de personnes travaillant dans le même domaine. Les stages sont pertinents pour les étudiants de 3ème cycle ou les personnes ayant une expérience préalable dans des domaines ayant directement trait à leur carrière ou aux intérêts de la Commission.

Les stages doivent bénéficier au stagiaire et à la Commission. Le stagiaire bénéficie de l’opportunité d’apprendre sur le système, de conduire des recherches sous la direction d’un membre du personnel affecté par le Secrétariat tandis que la Commission bénéficie des résultats de la recherche de l’interne et de sa contribution aux autres activités.

La Commission accueille des stagiaires du monde entier, en particulier au regard des diverses contributions à son travail, mais elle accorde la préférence aux stagiaires africains faisant des recherches ou travaillant sur les droits de l’homme en général et sur le système africain des droits de l’homme en particulier.

Objectif

L’objectif du programme de stages est de contribuer à la formation de jeunes travailleurs des droits de l’homme qui aideraient à promouvoir les droits de l’homme sur le continent.

Qualification

Les candidats doivent avoir un background éducatif et professionnel correspondent au travail de la Commission. Aucune étude ou diplôme particulier n’est requis mais les candidats doivent avoir au moins un premier diplôme d’une institution supérieure reconnue. La connaissance des droits de l’homme, la recherche académique et/ou l’expérience pratique des droits de l’homme ainsi qu’une expérience en planification et en gestion de projets, en technologie et en administration d’Internet constituent un avantage.

Les stagiaires doivent maîtriser au moins une des langues de travail de l’Union Africaine.

Procédure de demande et de recrutement

Les stagiaires doivent adresser une demande au Secrétaire de la Commission en présentant les documents suivants :

Toutes les questions sur les stages devront être adressées à :

Secrétaire de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples
48 Kairaba Avenue, 
PO Box 673, Banjul, Gambie. 
Tél. : 220 4392 962, 
Fax : 220 4390 764, 
Email l: achpr@achpr.org or bsec@achpr.org.

Le Secrétaire, en consultation avec le Bureau de la Commission africaine, décidera de la demande, de la longueur du stage et des missions spécifiques. Les candidats seront informés de l’issue de leurs candidatures un mois après la réception de leurs dossiers.

Les éléments suivants devraient également intervenir dans la sélection de stagiaires:

Nature du travail

Les stagiaires peuvent assister, selon leur background et leurs intérêts, à tous les aspects du travail de la Commission : ses projets de recherche et de formation, la documentation et la publication ainsi que les tâches techniques et administratives. Le contenu et/ou la nature du travail à faire durant le stage sera mutuellement convenu à l’avance.

Financement

Le stage à la Commission Africaine n’est pas rémunéré.

Supervision

Le superviseur sera l’un des responsables de la Commission travaillant dans le département dans lequel le stagiaire a été affecté selon la tâche qui lui a été assignée, ce dernier étant responsable à l’égard de son superviseur immédiat. Le stagiaire se verra également assigner des tâches par le Secrétaire.

Devoirs de la Commission:

Devoirs des stagiaires 

Les stagiaires ont le devoir de :

Durée

Les stagiaires devront rester au moins 6 mois et au maximum une année. Dans des cas exceptionnels, le Secrétaire peut décider de proposer des stages de moins de six mois ou d’étendre la période de stage.

Heures de travail

Les stagiaires doivent généralement travailler aux heures de bureau habituelles 8h30 – 17h30.

Réunions

Les stagiaires ne sont pas considérés comme des employés réguliers de la Commission Africaine. Le Secrétaire de la Commission devra déterminer le type de réunions auxquelles ils peuvent être invités, ainsi que les conditions dans lesquelles ils peuvent participer à ces réunions ou entreprendre certaines activités.

Vacances et congés

Les vacances officielles de la Commission Africaine s’appliquent aux stagiaires comme aux autres employés réguliers de la Commission.

Les stagiaires sont autorisés à avoir deux jours de congé par mois qui doivent être pris avec la période de stage. Toutefois et sauf dans des cas exceptionnels, les stagiaires ne seront pas autorisés à prendre de congé le dernier mois de leur stage.

Les stagiaires doivent informer leurs superviseurs si la maladie ou d’autres circonstances imprévues les empêchaient de rendre compte de leur travail ou d’achever leur stage.

Statut

Les stagiaires ne sont ni des représentants, ni des employés de la Commission Africaine et ne peuvent donc pas la représenter à titre officiel.

Date limite de réception des candidatures

Il n’y a pas de date limite de réception des candidatures mais la Commission Africaine encourage les futurs internes à adresser leur demande au moins trois mois avant la date qu’ils ont prévue pour commencer leur stage.

Dispositions en matière de visa et de voyage

La Commission Africaine conseille aux stagiaires de prendre toutes les dispositions nécessaires à partir de leur pays d’origine avant de se rendre en Gambie : dispositions en matière de visa et de voyage, d’assurance, d’hébergement, etc. Il est également judicieux pour les stagiaires d’apporter un ordinateur portable, si possible. La Commission Africaine fournira aux candidats retenus des informations pertinentes sur la vie en Gambie.

Résiliation du stage

L’une ou l’autre partie peut résilier le stage préalablement à son expiration en donnant un préavis écrit de sept (7) jours. La Commission se réserve néanmoins le droit de résilier le stage à tout moment s’il apparaît que le stagiaire a donné de fausses informations à la Commission Africaine ou si le stagiaire a discrédité la Commission Africaine ou a entrepris d’autres activités que la Commission juge incompatible avec son mandat.

Attestation

Lors de l’achèvement du stage avec succès, une attestation sera délivrée au stagiaire par le Secrétaire de la Commission.