Déclaration de la Rapporteure spéciale sur les droits de la femme en Afrique en commémoration de la Journée internationale de la femme rurale

    Au nom de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (la Commission) en cette Journée internationale de la femme rurale et en ma qualité de Rapporteure spéciale sur les droits de la femme en Afrique, je souhaite célébrer les femmes rurales d’Afrique.

    Les femmes rurales sont confrontées à des problèmes particuliers liés à leur contexte rural. Leur vie est caractérisée par de lourdes tâches rigoureuses dont elles profitent rarement des fruits en raison du fait que les tâches et les secteurs dans lesquels se trouvent engagées ne sont pas monétisés et que leurs contributions domestiques ne sont pas reconnues. Elles ont également un accès limité aux soins de santé, à l’éducation, à l’emploi et aux autres facteurs socioéconomiques dont elles ont besoin pour prospérer. Elles sont en outre politiquement marginalisées dans la mesure où la plupart des zones rurales souscrivent à la doctrine de la règle coutumière africaine de primogéniture masculine ne permettant qu’au descendant masculin le plus âgé d'hériter du patrimoine d'un défunt.  De même de la plupart des pratiques culturelles néfastes continuant à tourmenter les femmes surviennent dans des environnements ruraux. D’autre part, les femmes rurales sont essentielles pour l’atteinte d’un développement durable. Elles forment une partie importante de la force de travail agricole et s’engagent également dans des petites entreprises, des initiatives cruciales pour le développement et l’économie d’un pays. Malgré le travail considérable que les femmes rurales abattent, le visage de la pauvreté rurale demeure féminin.

    En Afrique, malgré leur inadéquation, des efforts ont été entrepris en réponse à la situation difficile des femmes rurales. Pour ce qui concerne les droits, les instruments africains des droits de l’homme reconnaissent le statut particulier des femmes rurales. Le Protocole à la Charte africaine relatif aux droits de la femme en Afrique (le Protocole de Maputo) prend en considération le désavantage intersectionnel subi par les femmes en raison de leur genre et du contexte rural. D’autre part, les femmes rurales sont essentielles pour l’atteinte d’un développement durable. A cet égard, il lie les droits de la femme à un développement durable à la capacité des femmes rurales d'accès au crédit, à des formations, au développement des compétences, aux services d'éducation permanente pour leur assurer une meilleure qualité de vie et réduire leur niveau de pauvreté. Dans le contexte du droit des femmes à la santé et des droits à leur santé sexuelle et reproductive, le Protocole de Maputo appelle aussi les Etats à fournir des services de santé adéquats, abordables et accessibles, notamment des programmes d’information, d’éducation et communication programmes aux femmes, en particulier à celles vivant en milieu rural.

    La Commission africaine, pour sa part, a, à plus d’une occasion, appelé les Etats à prendre des mesures particulière à l’égard des femmes rurales. Dans sa Résolution sur le droit des femmes à des terres et à des ressources productives, la Commission a exprimé sa préoccupation devant la marginalisation et l'exclusion disproportionnées subies par les femmes. Elle a encouragé les Etats à prendre des mesures spéciales concernant la reconnaissance et l’implication des femmes rurales dans le développement rural, la distribution des terres et les projets de logement sociaux.

    En cette occasion de la Journée internationale de la femme rurale, je souhaite appeler les Etats à prioriser l'égalité de traitement pour les femmes rurales. J’appelle aussi les Etats à s’assurer de leur accès égal au contrôle et à l'utilisation des ressources des terres pour la promotion de l’égalité de genre et l’amélioration du statut social, politique et économique des femmes.

    Heureuse Journée internationale de la femme rurale !

    Vive la Journée internationale de la femme rurale !

    Vive la femme africaine dans ses efforts inlassables pour le développement du Continent !

     

      Propriétés

      Date: 15 octobre 2016

      Commissaires: Lucy Asuagbor (Mrs)

      Mécanisme spéciaux: Rapporteure Spécial sur les Droits des Femmes

      Links


      Traduire la page

      Contactez-nous

      • 31 Bijilo Annex Layout, Kombo North District
      • Western Region P.O. Box 673 Banjul
      • The Gambia
      • Tel: (220) 441 05 05, 441 05 06
      • Fax: (220) 441 05 04
      • E-mail: au-banjul@africa-union.org

      ACHPR Newsletter

      Subscribe to receive news about activities, sessions and events.
      © 2018 African Commission on Human and Peoples' Rights