Communique de presse conjoint sur l’arrestation et la detention des femmes defenseurs des droits de l’homme au Soudan

    COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT SUR L’ARRESTATION ET LA DETENTION DES FEMMES DEFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME AU SOUDAN

    La Rapporteure Spéciale sur les Défenseurs des Droits de l’Homme en Afrique et la Rapporteure sur les droits des femmes en Afrique (Les Rapporteures Spéciales) suivent avec attention la situation des femmes défenseurs des droits de l’homme au Soudan.

    Les Rapporteures Spéciales sont profondément préoccupées par les persécutions, les arrestations et les détentions arbitraires contre les femmes Défenseures des droits de l’homme au Soudan, arrestations opérées à la suite des mouvements de protestations pacifiques qui ont eu lieu ce 13 juillet 2012 à Khartoum au Soudan, en réponse contre les violences y compris des violences sexuelles faites aux étudiantes par les agents du National Intelligence and Security Service (NISS) lors de leurs dernières manifestations ;

    Les Rapporteures Spéciales sont en outre préoccupées par le fait que cinq des femmes arrêtées sont, pour le moment, détenues dans des lieux inconnus. Cette situation est d’autant plus inquiétante du fait que les agents du National Intelligence and Security Service (NISS) du Soudan font recours à l’usage de la force en lançant des gaz lacrymogènes à l’intérieur des maisons de la localité de Wad Nubawi afin d’arrêter d’autres manifestants.

    Les Rapporteures Spéciales considèrent ces actes comme de sérieuses atteintes au droit à la dignité et à l’intégrité physique, à la liberté d’opinion, d’expression et de manifestation pacifique. Par ailleurs, elles considèrent que ces actes n’ont pour but que de museler les défenseurs des Droits Humains qui luttent pour l’impunité des violences faites aux femmes au Soudan ;

    Les Rapporteures Spéciales condamnent fermement ces actes d’intimidation, d’arrestation, de détention arbitraires et de traitements inhumains et dégradant perpétrés contre les femmes défenseures des droits de l’homme;

    Les Rapporteure Spéciales exhortent les autorités soudanaises à prendre toutes les mesures nécessaires pour la libération immédiate et sans conditions des manifestants arrêtés arbitrairement, à mettre fin à l’impunité et à s’assurer que tous les auteurs des actes de violences soient traduits et poursuivis en justice ; 

    Les Rapporteures spéciales exhortent en outre les autorités soudanaises à prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin à tous les actes de harcèlement et d’intimidation perpétrés contre les défenseurs des droits de l’homme opérant au Soudan et à assurer la protection effective  des défenseurs des droits de l’homme;

    Les Rapporteures Spéciales exhortent le Gouvernement du Soudan à respecter et à garantir le droit à la dignité et à l’intégrité physique, les droit à la liberté d’opinion, la liberté d’expression, la liberté de réunion, la liberté de manifestation pacifique à la population en général et aux femmes, en particulier ;

    Les Rapporteures Spéciales rappellent au Gouvernement ses engagements à protéger les défenseurs des droits de l’homme telles que stipulés dans la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples,  la Déclaration des Nations Unies sur les Défenseurs des Droits de l’Homme, les Déclarations de Kigali et de Grand Baie, ainsi que d’autres instruments Internationaux relatifs aux droits de l’homme  ratifiés par le Soudan ;

    En définitive, les Rapporteures Spéciales invitent le Gouvernement soudanais à signer et à ratifier le Protocole à la Charte africaine relatif aux droits des femmes.

     

    Fait à Banjul, Gambie, le 13 juillet 2012

     

    Links


    Traduire la page

    Contactez-nous

    • 31 Bijilo Annex Layout, Kombo North District
    • Western Region P.O. Box 673 Banjul
    • The Gambia
    • Tel: (220) 441 05 05, 441 05 06
    • Fax: (220) 441 05 04
    • E-mail: au-banjul@africa-union.org

    ACHPR Newsletter

    Subscribe to receive news about activities, sessions and events.
    © 2014 African Commission on Human and Peoples' Rights