Communiqué de presse sur la situation des droits de l’homme dans la région de Kidal en République du Mali

    La Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (la Commission) suit avec beaucoup d’attention la situation des droits de l’homme dans la région de Kidal en République du Mali.

     

    La Commission note avec consternation la dégradation de la situation sécuritaire marquée ces derniers jours par l’escalade des attaques dans la région de Kidal par des Groupes armées, notamment le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA).

     

    La Commission est profondément préoccupée par l’attaque du Gouvernorat de Kidal, samedi le 17 mai 2014, par ce Mouvement armé en complicité avec d’autres groupes, causant la mort de nombreuses personnes dont des officiels du Gouvernorat de Kidal et des fonctionnaires de l’administration malienne, des civils et des membres des forces armées maliennes et occasionnant des blessés au sein des forces de la MINUSMA ; et la destruction de nombreux biens. 

     

    La Commission déplore, par ailleurs, la persistance de la violence et de l’insécurité dans cette région du Nord du  Mali. Des actes de violences qui favorisent un climat de terreur et entrainent le déplacement des  populations apeurées.

     

    La Commission condamne fermement ce cycle incessant de  violations des droits de l’homme   commises par le MNLA, notamment les atteintes graves au droit à la vie et à l’intégrité physique des populations, atteintes caractérisées par les exécutions sommaires, le meurtre de civils et des agents des forces armées maliennes, les coups et  blessures et la destruction de biens matériels des agents des nations unies et du personnel humanitaire . 

     

    La Commission exhorte le MNLA et les autres groupes armés à mettre immédiatement un terme à ces atrocités et aux attaques contre les populations civiles innocentes. Elle en appelle, en outre, au respect des engagements au titre de l’Accord entre l'Etat malien et les groupes armés du nord signé à Ouagadougou le 18 juin 2013.

     

    La Commission invite le Gouvernement du Mali à prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin à l’impunité et à s’assurer que tous les auteurs de ces attaques et autres actes de violences soient traduits et poursuivis en justice. 

     

    La Commission rappelle ses résolutions CADHP/Rés.209 (EXT.OS/XI) 2012, CADHP/Rés.210 (EXT.OS/XI) 2012 et   CADHP/Rés.217 (LI) 2012 sur la situation des droits de l’homme dans le Nord du Mali par lesquelles elle condamne les violations des droits de l’homme commises par les groupes armées et les appelle à mettre fin aux combats et à entamer un dialogue constructif pour la résolution de leur conflit.

     

    La Commission exhorte, en outre, les autorités maliennes à prendre des mesures idoines pour assurer la sécurité et la protection des populations sur toute l’étendu du territoire et préserver l’intégrité territoriale du Mali.

     

    La Commission invite, enfin, la CEDEAO, l’Union africaine et l’ensemble de la communauté internationale à continuer d’apporter leur soutien au Gouvernement malien en vue  de la consolidation d’un état de droit  et d’un  retour à la sécurité et à une paix durable au Nord du Mali, notamment dans la région de Kidal.                                                      

           Fait à Banjul, le 22 mai 2014

     

                                                                                         

      Propriétés

      Date: 23 Mai 2014

      Links


      Traduire la page

      Contactez-nous

      • 31 Bijilo Annex Layout, Kombo North District
      • Western Region P.O. Box 673 Banjul
      • The Gambia
      • Tel: (220) 441 05 05, 441 05 06
      • Fax: (220) 441 05 04
      • E-mail: au-banjul@africa-union.org

      ACHPR Newsletter

      Subscribe to receive news about activities, sessions and events.
      © 2014 African Commission on Human and Peoples' Rights