79: Résolution sur la Composition et l’Opérationnalisation du Groupe de Travail sur la Peine de Mort

La Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, réunie en sa 38ème Session ordinaire tenue à Banjul, Gambie, du 21 novembre au 5 décembre 2005 ;

Considérant les dispositions de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples lui confiant la charge de suivi des traités et le mandat de promotion et de protection des droits de l’homme et des peuples en Afrique ;

Rappelant la Résolution adoptée à sa 26ème Session ordinaire tenue du 1er au 15 novembre 1999 à Kigali, Rwanda, et exhortant les États membres à envisager la possibilité d’un moratoire sur la Peine de mort ;

Rappelant la décision de la Commission Africaine à sa 37ème Session ordinaire de nommer deux Commissaires pour travailler avec le Rapporteur spécial sur les Prisons et Conditions de Détention en Afrique, afin d’améliorer le document sur la Question de la Peine de mort en Afrique ;

Considérant  les tendances du droit international qui encouragent l’abolition de la peine de mort, en particulier le 2ème Protocole au Pacte international sur les droits politiques et civils, les Statuts de la Cour pénale internationale et la Résolution 2005/59 de la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies sur la Question de la Peine de mort, ainsi que les débats et initiatives entreprises par la Société civile et les autres partenaires eu égard à la question de la peine de mort ;

Reconnaissant que 14 États membres de l’Union Africaine ont déjà aboli la peine de mort et que 13 autres exercent le moratoire sur son application ;
Exhorte les États membres de l’Union Africaine ayant aboli la peine de mot de jure à encourager les autres Etats membres qui exercent encore la peine de mort à l’abolir ;

Décide :

a. d’élargir la composition du Groupe de travail qui sera composé comme suit :
b. de renforcer le mandat du Groupe de travail comme suit :
c. de collaborer avec les autres partenaires, y compris les institutions internationales, nationales, gouvernementales et non gouvernementales pour exécuter avec succès son mandat ;

Demande à l’Union Africaine de fournir des ressources adéquates, l’assistance et le soutien nécessaires à la mise en œuvre de cette Résolution.