85: Résolution sur le Statut de la Femme en Afrique et sur l’Entrée en vigueur du Protocole à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples relatif aux Droits de la Femme en Afrique

La Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples réunie  à sa 38ème  Session ordinaire tenue du 21 novembre au 5 décembre 2005, à Banjul, Gambie ;

Rappelant  les  engagements  des  Chefs  d’État  et  de Gouvernement  dans la  Déclaration  solennelle  sur l’Égalité  entre  les  Homme  et  les  Femmes  en  Afrique adoptée  à  la  troisième  session  ordinaire  de la Conférence  des Chefs d’État et de Gouvernement  réunis à Addis Abeba, Ethiopie, du 6 au 8 juillet 2004;

Notant avec appréciation l’élection au Liberia de la première femme Présidente en Afrique;

Reconnaissant  en outre  avec appréciation  les  pays ayant ratifié  le  Protocole  à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples relatif aux Droits de la Femme en Afrique qui est entré en vigueur  le 25 novembre 2005: Bénin, Cap-Vert, Comores, Djibouti, La Gambie, Libye, Lesotho, Mali, Malawi, Namibie, Nigeria, Rwanda, République d’Afrique du Sud, Sénégal et Togo;

Reconnaissant  que les   femmes  africaines  continuent d’être  sujettes  à  des  lois  et  des  pratiques discriminatoires;

Réitérant l’engagement à poursuivre  le travail de promotion des droits de la femme en Afrique;

Félicite  toutes  les femmes africaines  à  l’occasion  de l’entrée  en  vigueur historique et  rapide  du Protocole;

Félicite le peuple Libérien de l’élection en novembre 2005 de la première femme Présidente en Afrique, Ellen Johnson­Sirleaf;

Exhorte les États membres de l’Union Africaine qui n’ont pas encore ratifié le Protocole à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples  en Afrique à le faire d’urgence  et sans réserve, et à enlever toutes réserves qu’ils ont émises;

Exhorte  en outre  les États membres qui ont déjà ratifié  ce Protocole  à prendre  immédiatement des mesures  pour l’incorporation,  y compris  l’amendement  des droits  internes  pour se conformer  aux dispositions du Protocole;

Encourage les États membres à accroître  la participation des femmes aux initiatives de maintien de la paix dans le continent;

Exhorte les États membres à mettre en œuvre des stratégies, y compris des actions positives qui veillent à  ce  que les  femmes  puissent atteindre  les  niveaux les  plus élevés  d’éducation  et de leadership  en gouvernance;

Exhorte les États  membres  à respecter  leurs  engagements  au titre de la  CEDEF et de la  Plateforme d’Action de Beijing, et à abroger ou amender rapidement  toutes les lois et politiques discriminatoires et à éradiquer toute pratique discriminatoire à l’égard de la femme;

Exhorte les États membres, l’Union  Africaine  et les organisations internationales  à apporter  plus de soutien au travail de la Rapporteur Spéciale sur les Droits de la Femme.