Allocution de clôture de l'Honorable Reine Alapini-Gansou, Présidente de la Commission africaine

 Discours de Cloture de la 46eme
 Session Ordinaire de la Commissaire
Reine Alapini-Gansou, Presidente de la
Commission Africaine des Droits de
 l'Homme et des Peuples

Excellence  Madame Ishatu Graham representant Madame le  Ministre de la justice de la Gambie ; Mme Marie Saine Firdaus

 Distinguees  Mesdames, Messieurs les representants des Etats Parties ; Excellences  Mesdames, Messieurs les  Membres du Corps diplomatique ;

Honorables membres de la Commisssion Africaine des Droits de l'Homme et des

Peuples ; Chers collegues ;

 Mesdames, messieurs les      Representants des Organisations inter- gouvernementales et des organisations internationales ;

 Mesdames et messieurs les  Representants des Institutions Nationales des Droits de l'Homme ;

 Mesdames et messieurs les representants des Organisations Non gouvernementales de l'Afrique et d'ailleurs ;

 Distingues Invites, Mesdames  et Messieurs,

Chacun,  en vos rangs et qualites respectifs, et tous protocoles observes ;

 Permettez-moi, a  l'entame de mon propos de rappeler tant soit peu quelques faits qui ont marque  les travaux de la  46eme session ordinaire de la CADHP tenue a Banjul du 11 au 25 Novembre 2009.

 D'abord, un grand doute avait plane sur l'organisation de notre session au point ou, ni Les Etats  parties, ni les membres de la communaute des Organisations non gouvernementales, ni les partenaires a divers niveaux n'avaient l'assurance en tant que tel de ce qu'il adviendra.

 Il a donc fallu la foi aux droits de l'homme des uns, la determination a reuvrer au dialogue des autres, en toutes circonstances  et, nous voici  non plus au debut de l'evenement, mais a la fin. Les travaux de la 46eme session ordinaire de la CADHP ont eu effectivement lieu et dans des conditions d'organisation et de participations satisfaisantes.

A ce titre, je voudrais adresser les remerciements de la Commission aux autorites GAMBIENNES  qui, bien apres des peripeties ont favorise la reussite de notre session.

 Honorables delegues des Etat parties, chers representants de  la societe civile, partenaires  venus  de tous les  horizons, vous avez participe  a  nos travaux avec l'enthousiasme et la chaleur reconnus  au peuple Africain et aux amis de ce peuple. Vous  avez, par la qualite de vos interventions et analyses, fortement contribue a aider la Commission africaine a mieux mettre en lumiere et a apprecier a juste titre  la situation generale des droits de l'homme sur notre continent.

 Bons nombres d'entre vous,  avez au besoin brave les incertitudes de nos moyens de transports  en Afrique pour etre au rendez-vous,  « au  rituel », dirai-je, du dialogue sur les droits humains.

 Soyez en remercies ; Au nom de la Commission africaine, de mes collegues  et en mon nom propre.

 Mesdames et messieurs,

 D'autres faits heureux ont aussi marque cette 46eme session.

 En effet, trois de nos nouveaux Commissaires ont prete serment ;  et a ceux -ci, je voudrais souhaiter encore la bienvenue et reiterer mes sinceres felicitations. Je formule pour vous,    chers collegues, le voeu que vous trouviez dans l'accomplissement de votre nouvelle mission, toute la satisfaction que vous y esperez et l'engagement necessaire pour le mieux etre de nos populations.

 Un autre fait  marquant  a ete  celui des elections a la suite desquelles chers collegues vous avez bien voulu placer votre confiance en un bureau nouveau. Je voudrais au nom de mon Vice president et de moi-meme  vous remercier du fond du creur pour le choix que vous avez  porte sur nos modestes personnes.  Nous

vous assurons de nous acquitter au mieux de cette lourde, mais exaltante responsabilite.

 Aussi voudrai- je  esperer qu'ensemble avec vous, nous continuerons a renforcer les progres deja enregistres aussi bien au niveau du travail de notre Commission que  dans le cadre de notre mission de promotion et de protection des droits de l'homme  et nous nous attelerons a relever  les     nombreux defis qui nous attendent dans l'exercice de nos fonctions.

 Excellences mesdames et messieurs ;

 Depuis l'ouverture de nos travaux, nous  avons execute un programme de travail qui comme de coutume, a ete assez ambitieux. Nous avons ensemble  avec les representants des  Etats parties, les acteurs et de la societe civile, les partenaires a divers niveaux,  revisite la situation des droits de l'homme en Afrique. Nous avons constate, avec grande preoccupation que bien des dangers guettent nos populations et constituent autant de menaces pour leur securite.

 En effet, des situations particulierement  alarmantes nous ont interpelles. Les changements de l'ordre constitutionnel  normal comme c'est le cas au Niger et les velleites que cela peut susciter; le refus systematique de prendre en compte les aspirations legitimes du peuple souverain ;  les violations graves et  massives auxquelles on assiste face a cet etat de choses comme c'est le cas en Guinee, la persistence des conflits armes avec leur cortege de refugies  et de personnes deplacees internes au soudan et en Somalie ; les violences  sexuelles, les viols  a grande echelle dans le Sud et le Nord Kivu en RDC; ou alors l'intolerance et le refus du  droit a la difference meme dans les pays ou l'on peut se rejouir d'une paix relative, sont autant des questions qui ont fait l'objet de longues  et fructueuses discussions au cours de notre session. Il y a lieu de relever aussi le sceptre de violences electorales qui entrainent des souffrances de tout genre pour les composantes des populations les plus vulnerables.

 La  situation specifique et tres serieuse des  defenseurs des droits de l'homme  et des journalistes dans bons nombres  de pays notamment en  Gambie ne saurait etre occultee. Et  pourtant, la Gambie  qui abrite le siege  de la Commission

africaine depuis deux decennies devrait  etre un Havre de  paix pour tout militant des droits de l'homme.

 La situation de la femme et de la petite fille en Afrique et plus  specifiquement la problematique de  la sante maternelle et de la sante de la reproduction continue de faire l'objet de preoccupation. A ce titre,  notre  Commission se felicite de la tenue de la conference  Africaine Beijing plus 15 ici meme en Gambie  et a accompagne les femmes africaines dans leur quete de justice et d'equite en contribuant aux recommandations qui ont ete faites a cette occasion.

 Mesdames et messieurs ; chers invites,

 Je  voudrais  a  cette  etape de  mon propos ;  rappeler aussi  deux questions importantes qui ont ete relevees  au cours  de nos travaux et qui devraient nourrir la reflexion pour les prochaines rencontres.

 La premiere   est relative a la necessite d'identifier les strategies appropriees en vue d'une meilleure protection des droits de l'homme sur notre continent.

 La seconde  est relative a l'importance de la mise en oeuvre de la trilogie Paix- Justice - et Securite dont notre Commission a debattu avec les differents partenaires et plus particulierement avec Son Excellence monsieur le President de La CUA, le docteur Jean Ping lors de son passage a Banjul dans le cadre des travaux de la conference Beijing plus 15.

 Tous les interlocuteurs  s'accordent  d'une part, a dire que des solutions ne pourraient etre apportees a ces deux questions que dans le cadre de la conjugaison des efforts  et la synergie des actions de toutes les parties prenantes. Celles -ci devraient developper des reflexes d'alerte, d'anticipation et d'organisation face a l'ampleur des differentes formes de  violations des droits de l'homme. D'autre part l'effectivite de la trilogie et son impact sur les droits de l'homme doit necessairement integrer plusieurs facteurs ; notamment la culture, la religion, le developpement socio economique,  le  contexte  politique pour ne citer que ceux-la.

 Au  cours de    cette  session, la CADHP comme vous avez    dQ le retenir a la presentation de notre communique final, a examine dans le cadre de sa mission

de protection des cas  de violations des droits de l'homme et sur lesquels elle a pris des decisions  qui je l'espere  seront mises en reuvre par les Etats concernes. Ainsi, ils contribueront au respect des droits garantis par la Charte Africaine.

 Ce qui me vient a l'esprit au moment de la cloture de nos travaux et qui me parait essentiel, ce sont les taches qui nous attendent. Notre Commission dans son ensemble est consciente de sa mission  de sauvegarde des droits de l'homme et des    libertes fondamentales; et rien ne devrait justifier son absence a l'occasion des grandes decisions et des actions qu'il faut entreprendre face aux situations critiques  de violation des droits de l'homme dans leur mandat. En cela, je voudrais en appeler aux organes qui ont les  droits de l'homme mandat, mais aussi aux organes dirigeants afin qu'ils integrent  dans leur  plan et perspectives a courts moyen ou a longs termes la Commission africaine ; car en tant que principal  organe charge de promouvoir  les droits de l'homme et d'en assurer la protection sur notre continent elle devra jouer son role de premier plan.

 La CADHP a deja pris des actions conformes a l'esprit et au contenu de son mandat en ce  qui concerne la situation des droits de l'homme en  Guinee, en Gambie  et au Niger, pour ne citer que ces exemples. Et toute initiative a ces titres devra largement tenir compte de ce qu'elle a fait et de ce qu'elle envisage de faire

 Ceci pour vous dire chers collegues.

 Mes dames et messieurs ce qu'il y a faire est encore plus important que ce qui l'est deja.

 A present que les rideaux vont se refermer  sur les travaux de la 46eme session

 Je voudrais suggerer aux une et aux autres que nous engagions la conscience collective  sur les problemes  des droits  humains qui assaillent  notre continent ; alors meme que le commun des citoyens dans nos pays n'arrive pas encore a s'assure  du minimum vital,  en termes de  droit a l'alimentation  a un  habitat, a une condition de vie decente et a  exercer ses droits fondamentaux elementaires

 Avant de fondre ma voix dans la votre excellence Mme et Messieurs

 Permettez -moi  de Saluer a nouveau x tous les collegues pour le travail abattu

J'aurais tant aime vous souhaite un bon repos ; celui du bon Guerrier Helas, je sais mieux que quiconque que notre calendrier est encore tres charge  et les defis qui nous attendent sont immenses; sinon il ne me reste  qu'a  vous dire bon courage pour l'inter session.

 A Madame la secretaire et tout le personnel du secretariat, nous sommes parvenu a executer notre programme  et cela n'a ete  sans votre ardeur au travail, je vous dis merci

 Aux interpretes    aux traducteurs, A nos Conducteurs  qui de jours comme de nuits ont veille sur notre securite ; je dis un grand merci

 A tous et chacun je dis bon retour et grand merci.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

Links


Traduire la page

Contactez-nous

  • 31 Bijilo Annex Layout, Kombo North District
  • Western Region P.O. Box 673 Banjul
  • The Gambia
  • Tel: (220) 441 05 05, 441 05 06
  • Fax: (220) 441 05 04
  • E-mail: au-banjul@africa-union.org

ACHPR Newsletter

Subscribe to receive news about activities, sessions and events.
© 2014 African Commission on Human and Peoples' Rights