Allocution de dr Mamadou Dia, directeur par intérim du département des affaires politiques de la commission de l’union africaine

    Excellence M. le Juge Lamin Jobarteh, Attorney General et Ministre de la Justice de la République de Gambie,

    Honorable Madame la Présidente de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples

    Honorable Juge Sophia Akuffo, Présidente de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples

    Honorables Commissaires de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples

    Monsieur le/Madame la Représentant (e) du Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant

    Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres, Chefs de délégation des Etats parties à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples

    Excellences, Mesdames & Messieurs les Ambassadeurs et Membres du Corps diplomatique

    Mesdames et Messieurs les Représentants des Institutions nationales des Droits de l’Homme

    Mesdames et Messieurs les Représentants des Organismes des Nations Unies

    Mesdames & Messieurs les Représentants de la Société civile et des Organisations non-gouvernementales,

    Dr Mary Maboreke, Secrétaire de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples

    Mesdames & Messieurs les Invités

    Mesdames, Messieurs,

    Je suis à la fois très honoré et ravi de revenir en République de Gambie, la côte souriante de l’Afrique, à un moment historique où nous marquons le 50ème anniversaire de la création de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA) en célébrant notre panafricanisme et la renaissance africaine. C’est en effet un privilège pour moi de me retrouver parmi les distingués délégués et participants à cet événement de grande importance que constitue la 53ème session ordinaire de la Commission. Permettez-moi de saisir cette occasion pour exprimer au nom du Commissaire aux Affaires politiques, notre profonde gratitude au Gouvernement et au peuple de la République de Gambie pour l’hospitalité et l’accueil chaleureux qui nous ont été réservés depuis notre arrivée à Banjul et pour avoir bien voulu accueillir cette importante session de la Commission africaine.

    Madame la Présidente Dupe Atoki et Mesdames et Messieurs les Membres de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, je voudrais vous féliciter, pour vos efforts inlassables et votre dévouement pour la promotion et la protection des droits de l’homme et des peuples sur le continent. Nous saluons votre diligence et les efforts consentis pour organiser la présente 53ème Session ordinaire, ici en République de Gambie, qui contribue dans une largement mesure au renforcement de l’efficacité du système africain des droits de l’homme en général et du travail de la Commission en particulier, en sa qualité de garant de l’agenda du continent en matière de droits de l’homme et des peuples. Je tiens également à témoigner notre reconnaissance et notre gratitude aux membres du Secrétariat de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples pour le dur travail qu’ils accomplissent dans l’ombre, mais également et surtout, à l'ensemble des délégués et participants, pour leur présence à cette session.

    Excellences, Honorables Commissaires, Mesdames & Messieurs les Délégués

    Vous vous souviendrez que les Chefs d’État et de Gouvernement, lors du Sommet de l’UA de janvier 2011, avaient désigné 2012 “Année des Valeurs partagées en Afrique”. C’était une façon ingénieuse de mettre au premier plan l’importance des valeurs partagées dans la consolidation de l’intégration africaine. De même, le 16ème Sommet de l’UA a adopté l’Architecture africaine de la gouvernance et sa Plateforme d’appui aux Etats membres de l’UA dans leurs efforts de promotion de la démocratie, de la bonne gouvernance, des droits de l’homme et de l’État de droit. Dans ce contexte, le lancement de la Plateforme africaine de la gouvernance en juin 2012 à Lusaka, Zambie, marquait non seulement un nouveau départ dans nos méthodes de travail, mais également un avenir qui inspire beaucoup d’espoir en termes de renforcement de la gouvernance démocratique au niveau de nos systèmes de gouvernement en Afrique.  Le Département des affaires politiques est honoré mais fier des progrès réalisés jusqu’ici dans la consolidation de la démocratie et de la bonne gouvernance sur le continent. Le lancement de la Plateforme africaine de la gouvernance, est une occasion unique de renforcer les capacités et d’approfondir notre compréhension eu égard aux questions de droits de l’homme et des peuples, de démocratie et de gouvernance, qui constituent les valeurs partagées de l’Afrique.

    Excellences, Honorables Commissaires, Mesdames & Messieurs les Délégués

    Pendant que nous poursuivons la mise en œuvre de l’agenda de l’intégration africaine basée sur les valeurs partagées, il est important de réfléchir aux meilleures pratiques et aux leçons apprises jusqu’ici, et l’une de ces leçons est que le respect des droits de l’homme est un important élément pour aider à la réalisation de la paix et du développement durable. Tout aussi important est le fait que la réalisation de la paix et de la sécurité est fondée sur une culture de respect des droits de l’homme, mais surtout, que la promotion et la protection des droits de l’homme est une responsabilité collective.

    De même, la Commission de l’Union africaine assure le suivi de la situation des droits de l’homme au Mali, en République centrafricaine, en Guinée Bissau et dans d’autres parties du continent. En effet et pour la première dans l’histoire de l’UA, une mission d’observation des droits de l’homme a été déployée au Mali dans le cadre de la MISMA, la Mission de maintien de la paix de l’UA au Mali.

    Même si l’Union africaine joue les premiers rôles, les succès réalisés jusqu’ici n’auraient pas été possibles sans la contribution de toutes les parties prenantes engagées dans la promotion et la protection des droits de l’homme et des peuples, dont les Organisations de la société civile représentent une composante essentielle.  Je voudrais par conséquent remercier les organisations de la société civile qui participent avec diligence aux sessions de la Commission et mènent ce noble combat pour l’humanité à tous les niveaux.

    Excellences, Honorables Commissaires, Mesdames & Messieurs

    Le Département des affaires politiques poursuit les efforts de mise en œuvre de la Stratégie africaine des droits de l’homme adoptée en avril 2011, ici à Banjul, Gambie. La Stratégie vise à palier les lacunes actuelles du système des droits de l’homme en Afrique, mais également à créer des synergies dans les activités des institutions et acteurs des droits de l’homme sur le continent, permettant ainsi au développement et à la coordination des efforts de promotion et de protection des droits de l’homme. La mise en œuvre du Plan d’action de la Stratégie ouvrira la voie à une coordination renforcée entre les acteurs, en particulier l’UA et ses organes, les Cours et Tribunaux des Communautés économiques régionales (CER) ainsi que les Institutions nationales des droits de l’homme et les OSC africaines dans leur ensemble.

    Il est aussi important de noter que la Stratégie met également l’accent sur les questions relatives à la justice transitionnelle, qui est devenue un domaine d’intérêt important dans notre quête de solutions aux problèmes de reconstruction et de développement post-conflit. Le Département des Affaires politiques travaille en collaboration avec les Organes de l’UA, les partenaires et autres acteurs à la finalisation d’un Cadre de politique de l’UA sur la justice transitionnelle en Afrique.

    Excellences, Honorables Commissaires, Mesdames & Messieurs les Délégués

    Je vais conclure mon propos en réitérant le soutien de la Commission de l'Union africaine au travail de la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples, sous la direction clairvoyante de sa Présidente et de ses membres.

    Je voudrais, encore une fois, au nom de la Commission de l’Union africaine, exprimer notre gratitude au Gouvernement et au peuple gambiens et à la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples pour l’organisation de cette très importante rencontre, et inviter tous les participants à œuvrer, de par vos idées et suggestions, à la réussite de cette Session.

    Je vous remercie de votre aimable attention  

    Links


    Traduire la page

    Contactez-nous

    • 31 Bijilo Annex Layout, Kombo North District
    • Western Region P.O. Box 673 Banjul
    • The Gambia
    • Tel: (220) 441 05 05, 441 05 06
    • Fax: (220) 441 05 04
    • E-mail: au-banjul@africa-union.org

    ACHPR Newsletter

    Subscribe to receive news about activities, sessions and events.
    © 2014 African Commission on Human and Peoples' Rights