Ghana Ghana: Mission de promotion, 2008

Dates:1 - 5 Septembre 2008
Session:44ème Session ordinaire
10 - 24 Novembre 2008. Nigéria
Commissaire: Musa Ngary Bitaye

La Délégation était compose du Commissaire Musa Ngary Bitaye, membre de la Commission africaine chargé de la promotion des droits de l’homme au Ghana, Dr Robert Eno, Juriste principal (Protection) et Mme Oluwatosin Nguher, Juriste (Protection) au Secrétariat de la Commission africaine. Les termes de référence de la mission étaient les suivants : 
  • promouvoir la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples et les activités de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples;
  • amener le Gouvernement du Ghana à prendre ou appliquer des mesures pour mettre en œuvre les obligations internationales des droits de l’homme en général et ses obligations en vertu de la Charte en particulier ;
  • échanger des vues avec le gouvernement du Ghana sur les défis auxquels il peut être confronté dans l’accomplissement de ses obligations régionales et internationales en matière de droits de l’homme et dans quelle mesure la Commission peut lui apporter son assistance ;
  • échanger des vues avec les autres parties concernées par les droits de l’homme au Ghana sur les voies et moyens de promouvoir et de protéger les droits de l’homme dans le pays ;
  • encourager une collaboration plus étroite entre la Commission africaine et l’Etat d’une part, et entre la Commission africaine et les organisations de la société civile d’autre part ; et
  • encourager le gouvernement à participer régulièrement aux activités de la Commission, notamment aux sessions de la Commission.
Recommandations
  1. Le gouvernement devrait soumettre son Rapport périodique conformément à l’Article 62 de la Charte africaine ;
  2. Le gouvernement devrait, en collaboration avec le Judiciaire, organiser régulièrement une formation destinée aux membres du Judiciaire sur l’usage des traités internationaux et les décisions en matière de droits de l’homme, et prendre des mesures pour intégrer les traités internationaux dans la législation nationale ;
  3. Le gouvernement devrait prendre des mesures pour la domestication de la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples et des autres instruments internationaux des droits de l’homme ratifiés par le Ghana ;
  4. Le gouvernement devrait ratifier tous les instruments internationaux et régionaux des droits de l’homme qu’il n’a pas encore ratifiés, notamment le Document fusionné de la Cour africaine de justice et de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, et procéder à la déclaration aux termes de l’Article 34 (6) ;
  5. Le gouvernement devrait prendre les mesures visant à mettre en place des organes de surveillance des prisons, avec un financement suffisant et d’autres facilités;
  6. Le gouvernement devrait examiner la possibilité d’adopter des peines non privatives de liberté comme les services communautaires et les amendes, en particulier pour les délits et infractions mineures ;
  7. Le gouvernement devrait enquêter sur les allégations de décès et d'usage disproportionné de la force par la police dans l’arrestation de mineurs clandestins. Les personnes coupables devraient être traduite en justice ;
  8. Le gouvernement devrait examiner la possibilité de créer un organe de surveillance de la police qui enquêterait sur toutes les allégations d’abus de la part de la police ;
  9. Le gouvernement et les autres figures politiques devraient veiller au respect et à l’indépendance du Judiciaire ;
  10. Le gouvernement devrait garantir que les lois, politiques et autres parties de la législations telles que la Loi sur les secrets d’Etat qui apporte des restrictions inutiles à l’accès à l’information, soient amendées pour assurer un accès facile à l’information tout en tenant dûment compte de la sécurité de l’Etat ;
  11. Des ressources suffisantes devraient être fournies aux institutions comme la CHRAJ en vue d’assurer une bonne exécution de leur mission ;
  12. Le gouvernement devrait explorer les possibilités d’abolir la peine de mort;
  13. Les organes d’application de la loi, en particulier la Police, la Judiciaire et Service pénitentiaire devraient travailler en étroite collaboration pour traiter du problème des personnes en détention préventive et des nombreux cas en instance ;
  14. Le gouvernement devrait mener davantage de campagnes de sensibilisation et, en cas de besoin, la législation devrait assurer que les personnes vivant avec le VIH/SIDA ne fassent pas l’objet de stigmatisation et de discrimination, particulièrement dans leurs lieux de travail ;
  15. Le Gouvernement devrait explorer la possibilité de rendre les ARV gratuits ;
  16. Le gouvernement devrait augmenter le financement des organismes d'application de la loi, en particulier, le Service des prisons ;
  17. Le gouvernement devrait prendre des mesures pour encourager davantage de femmes à joindre les forces de police, y compris la nomination de femmes à l'échelon supérieur de la Force;
  18. Le gouvernement devrait prendre des mesures urgentes pour éliminer le phénomène des machos et gardiens de terres, car cela pourrait conduire à l'anarchie et encourager les gens puissants et riches de prendre la loi entre leurs propres mains et d'exploiter les faibles et les pauvres dans la société;
  19. Des mesures devraient être prises pour lutter contre la surpopulation carcérale. Ces mesures peuvent inclure l'introduction de services communautaires et l'établissement d'amendes pour des infractions mineures ;
  20. Les femmes condamnés doivent être testés afin de déterminer si elles sont enceintes avant d'être envoyé en prison ;
  21. Le gouvernement devrait s'assurer que les réfugiés sont fournis la protection requise en vertu du droit international ;
  22. La CHRAJ devraient être encouragés à demander le statut d'affilié auprès de la Commission africaine et des ONG dans le pays devraient également être encouragés à assister aux sessions de la Commission africaine et d'être plus impliqués dans les activités de cette dernière;
  23. Des efforts devraient être déployés pour renforcer les capacités locales de fabrication de médicament et réduire la dépendance excessive envers les médicaments importés.
  24. Le gouvernement devrait participer plus fréquemment aux sessions ordinaires de la Commission

 

 

 

 

 

 

Links


Traduire la page

Contactez-nous

  • 31 Bijilo Annex Layout, Kombo North District
  • Western Region P.O. Box 673 Banjul
  • The Gambia
  • Tel: (220) 441 05 05, 441 05 06
  • Fax: (220) 441 05 04
  • E-mail: au-banjul@africa-union.org

ACHPR Newsletter

Subscribe to receive news about activities, sessions and events.
© 2014 African Commission on Human and Peoples' Rights