Malawi Malawi: Mission sur Prisons et conditions de détention, 2001

Rapport est disponible en:
  Anglais
Dates:7 - 18 Juin 2001
Session:30ème Session ordinaire
13 - 27 Octobre 2001. Gambie
Mécanisme spéciaux:Rapporteur Spécial sur les Prisons et les Conditions de Détention
Commissaire: Vera Mlanguzwa Chirwa

Le Commissaire Dr Vera Chirwa Mlangazuwa, Rapporteur spécial sur les prisons et les conditions de détention en Afrique a visité les lieux de détention au Malawi le 17-28 juin 2001. L'objectif de cette visite était d'évaluer et de documenter les conditions de détention au Malawi, de faire des recommandations immédiates lorsque c'est nécessaire et d'initier une coopération avec le Gouvernement du Malawi afin d'améliorer les conditions de détention dans le pays.

Le Rapporteur spécial a été accompagnée par Dr Alpha Oumar Diallo Sankarela, médecin chef des services, la sécurité et la prison, la Guinée et Me. Audrey Pascaud, adjointe, France.

Recommandations générales :

  1. Le Parlement devrait voter un budget adéquat pour les prisons du Malawi afin de s'assurer que les conditions de détention ne correspondent pas à un traitement inhumain ou dégradant. Lorsque l'aide des donateurs a été offert, la mise en œuvre du plan de travail convenu doit procéder sans délai.
  2. La surpopulation: un taux d'occupation maximal devrait être établi pour chaque lieu de détention. Les condamnations avec sursis, la libération conditionnelle, la probation et le détournement doivent être promu et mis en œuvre pour réduire la population carcérale et pour améliorer la réadaptation des délinquants. Le projet pilote de services communautaires doit être mis sous tension, affecté par des moyens adéquats et étendu au niveau national. La médiation et la police communautaire doivent être encouragées à condition que les droits individuels soient respectés. Plus de programmes d'activités pour les prisons (y compris les activités éducatives, sportives et de loisirs) devraient être introduits une fois que le surpeuplement est amené vers le bas. Les ONG devraient s'impliquer dans des programmes de réhabilitation des détenus (activités génératrices de revenus, apprentisage des compétences), pour les préparer à leur libération et leur éventuelle intégration dans la société.
  3. Rester trop longtemps en détention provisoire: La police devrait accélérer le processus de sélection afin que les personnes déclarées non impliqués dans aucun crime soient libérés de prison. Cela aidera aussi à réduire le surpeuplement. La détention provisoire illégale doit être réduite et des ordres de libération respectés. Plus les prisonniers devraient être renflouées. Une meilleure gamme d'activités devrait être offerte à toute personne en détention provisoire séjournant pour une longue période.
  4. Locaux: la réhabilitation des prisons doit être intensifiée et la construction de nouvelles prisons devrait être achevé pour permettre le transfert des prisonniers vers des lieux plus humains. Tous les efforts devraient être faits pour s'assurer que les prisonniers sont détenus dans des locaux spécialement construits. Les escaliers du prison centrale de Zomba sont dans un état très dangereux et doivent être remplacé immédiatement avant qu'ils s'effondrent, causant des dommages à la vie. Le prison de Mzimba devrait être fermée et un nouveau prison ouvert. Des mesures visant la séparation des différentes catégories de détenus doivent être entrepris tant que la surpopulation est amené vers le bas. Des cuisines devraient être installées afin de répondre au besoins pour une alimentation équilibrée et régulière. Des douches, des toilettes et des installations de lavage devraient être étendues en proportion du nombre de prisonniers et ceux qui existent déjà restaurées.
  5. Alimentation: L'équilibre, la quantité et la qualité des aliments devraient être améliorées.
  6. Des couvertures et des uniformes: Tous les prisonniers doivent être munis d'au moins deux couvertures et des vêtements adéquats.
  7. Hygiène et propreté: La douche, toilettes et installations sanitaires doivent être maintenus dans un état d'hygiène dans tous les endroits où des problèmes ont été observés. Les ONGs devraient renforcer leurs activités dans la prison par le développement de programmes d'éducation pour les détenus, y compris sur l'hygiène, la santé, le VIH / SIDA.
  8. Règlement: Pour faire respecter la discipline et l'ordre, les règles ainsi que des mesures disciplinaires doivent être expliquées aux détenus et cette information sera mis à disposition par le biais d'affiches et tracts à l'intérieur de toutes les prisons. Les détenus devraient être informés de leurs droits.
  9. Femmes et enfants: Les femmes enceintes et les mères qui allaitent ainsi que les femmes âgées ne devraient pas être envoyés en prison.
  10. Mineurs: Des unités spécialisées pour les mineurs devraient être développés - entretemps, la séparation stricte entre adultes et jeunes doit être maintenu. Les jeunes personnes en garde à vue devraient être fourni avec un régime complet d'activités éducatives, récréatives et autres activités motivantes. L'éducation physique devrait constituer un élément significatif de ce régime. Par ailleurs, le personnel affecté aux unités accueillant les mineurs doivent être choisis avec soin et, plus spécifiquement, comme des personnes capables de guider et motiver les jeunes. D'abord les jeunes délinquants et de petits jeunes contrevenants devrait être donné une chance de ne pas aller en prison et les mesures de détournement mis en œuvre pour leur permettre de poursuivre leurs études. Le Mozambique pourrait développer des échanges avec le Malawi au sujet de justice pour mineurs. Les écoles approuvés devraient recevoir un budget adéquat du ministère responsable.
  11. Etrangers: Les prisonniers étrangers doivent systématiquement avoir la possibilité d'informer leur Ambassade la plus proche qu'ils sont en prison. Des mesures appropriées devraient être prises pour minimiser les difficultés de communication entre le personnel pénitentiaire et les détenus étrangers (préparation et la traduction en langues étrangères pertinentes d'un dépliant décrivant la routine et le régime de la prison, les droits et les responsabilités des détenus et du personnel, les plaintes et procédures disciplinaires ; traduction des expressions les plus couramment utilisées entre prisonniers et personnel). La déportation et le transfert des prisonniers devrait être organisé plus systématiquement. Le Département de l'Immigration devrait s'assurer que les étrangers qui ont purgé leur peine et qui veulent retourner chez eux sont rapidement rapatriés. Les services pénitentiaires doivent anticiper la libération des prisonniers étrangers et informer le Département de l'Immigration à l'avance.
  12. Prison Act: La loi pénitentiaire devrait être mis à jour en conformité avec les normes internationales.
  13. Gestion: En vue d'améliorer la fourniture des nécessités de base dans les prisons, l'administration pénitentiaire devraient envisager de mettre en œuvre les demandes d'approvisionnement des stations éloignées et lutter contre les pratiques de corruption dans les magasins du quartier-maître et le personnel. Cela aiderait à contrôler les dépenses et l'utilisation des biens.
  14. Personnel: Une priorité devrait être donnée à l'éducation aux droits de l'homme pour les officiers et les gardes de tous rangs et de la formation interne du personnel pénitentiaire et la police.
  15. Mauvais traitements: L'Inspectorat de la police et des prisons devrait enquêter sur les allégations de mauvais traitements dans les commissariats et les prisons, respectivement. Les autorités devraient veiller à ce que soit mis fin à ce type de pratique et que les malfaiteurs soient punis.
Recommandations liés au Santé:
  1. Les dispensaires existants devraient être rénovés et agrandis et les infrastructures de santé devraient être créés dans les grandes prisons où ils n'existent pas. Ces structures devraient inclure des bureaux pour le personnel médical, où les détenus peuvent discuter ouvertement avec les médecins et les révéler leurs problèmes; lits pour les patients gardés en observation, et les chambres d'isolement pour les patients atteints de maladies contagieuses.
  2. Médecins qualifiés doivent être recrutés à des postes à temps plein pour les prisons plus grandes et le personnel paramédical devrait être renforcés. Il est primordial que la prison centrale de Zomba a une médecin qualifié comme membre du personnel et que l'actuel officier de cliniques médicales de la prison sera assisté par un autre médecin avec une bonne formation en épidémiologie et en gestion des services de santé publique. Ceci permettra au ce médecin d'être en place sur la morbidité et la mortalité des faits dans les prisons et de réagir en conséquence.
  3. L'officier médical clinique devrait repenser sa politique d'approvisionnement en médicaments dans les prisons qui devrait être fondées sur les besoins identifiés des prisonniers. En outre, il devrait exister des lignes directrices normalisées à suivre par tous les services médicaux de la prison, concernant la gestion des statistiques et des dossiers médicaux des prisonniers.
  4. Des programmes d'éducation sur le VIH/SIDA dans les prisons devraient être intensifiés. Par ailleurs, le dépistage volontaire du VIH / sida dans les prisons devrait être encouragé et des structures adéquats devraient être mis en place pour le soutien psychologique et médical des détenus qui décident de faire le test, ceux qui sont séropositifs et ceux qui souffrent déjà du SIDA. À cette fin, le personnel médical de la prison doit, tout d'abord, être formés sur la prévention du SIDA et sur le conseil.

Links


Traduire la page

Contactez-nous

  • 31 Bijilo Annex Layout, Kombo North District
  • Western Region P.O. Box 673 Banjul
  • The Gambia
  • Tel: (220) 441 05 05, 441 05 06
  • Fax: (220) 441 05 04
  • E-mail: au-banjul@africa-union.org

ACHPR Newsletter

Subscribe to receive news about activities, sessions and events.
© 2014 African Commission on Human and Peoples' Rights