+220 441 05 05-6 | au-banjul@africa-union.org

Commission africaine des
droits de l'homme et des peuples

Communiqué de Presse sur la tentative d’assassinat de M. Pierre-Claver Mbonimpa


La Rapporteure Spéciale sur les Défenseurs des Droits de l’Homme en Afrique de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples (la Rapporteure Spéciale), Me Reine Alapini-Gansou exprime sa profonde préoccupation suite à la tentative d’assassinat du Président de l’Association pour la Protection des Droits Humains et des Personnes Détenues au Burundi (A.PRO.DH), Monsieur Pierre- Claver-Mbonimpa survenue le lundi 3 août 2015 au Burundi.

La Rapporteure Spéciale condamne fermement cet état de chose et s’inquiète de l’état de santé de ce défenseur des droits de l’homme.

Elle exprime en outre, sa vive préoccupation s’agissant de la sécurité de M. Mbonimpa et celle des défenseurs des droits de l’homme en République du Burundi, particulièrement dans ce contexte de violence accrue depuis l’annonce de la candidature du Président Pierre Nkurunziza à l’élection présidentielle de 2015, suivie par sa réélection.

La Rapporteure Spéciale rappelle au Gouvernement de la République du Burundi, ses engagements au titre des instruments internationaux et régionaux de protection des droits de l’homme notamment la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples  et  en particulier, ses articles 1, 4 et 5.

La Rapporteure Spéciale exhorte vivement les autorités compétentes de la République du Burundi à prendre urgemment toutes les mesures nécessaires en vue de s’assurer que Monsieur Pierre Claver Mponimpa reçoive les soins de santé d’urgence appropriés dans un environnement de sécurité ;

Elle exhorte également les autorités compétentes à prendre les mesures idoines pour enquêter, poursuivre et juger les auteurs de cette grave atteinte aux droits de l’homme.

Par ailleurs, la Rapporteure Spéciale invite les autorités burundaises à prendre les dispositions pertinentes afin d’éviter la survenance d’autres attaques et violations des droits des défenseurs des droits de l’homme.

La Rapporteure Spéciale souligne  enfin la nécessité pour les autorités burundaises de prendre toutes les mesures nécessaires en vue de se conformer à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples et des autres instruments pertinents des droits de l’homme ratifiés par la République du Burundi.