+220 441 05 05-6 | au-banjul@africa-union.org

Commission africaine des droits de l'homme et des peuples

Communique de presse sur l’attaque d’un camp de refugies par les forces de securite Burkinabe au Burkina Faso


La Rapporteure Spéciale de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (la Commission africaine)sur les Réfugies, les demandeurs d’asile, les personnes déplacées internes et les migrants en Afrique et commissaire en charge de la promotion et de la protection des droits de l’homme au Burkina Faso, , l’Honorable Commissaire Maya Sahli Fadel, est profondément consternée par la récente attaque du camp de réfugiés maliens de Mentao au Burkina Faso par les forces de sécurité burkinabé  en date du 2 mai 2020.

La Rapporteure Spéciale est particulièrement préoccupée par les violences contre les réfugiés maliens, suite à une opération de ratissage des forces de sécurité. Elle déplore particulièrement l’usage des matraques contre des hommes et des enfants et l’injonction faite aux réfugiés de quitter le camp dans les 72 heures. Les violences ont eu pour conséquences 32 blessés dont certains dans un état grave.

La Rapporteure Spéciale prend note de la reconnaissance des responsabilités faite par l’Etat Burkinabé et du démenti apporté concernant l’ordre de quitter le camp qui aurait été donné aux réfugiés. Cependant, elle réitére la requête du Haut-Commissariat aux Réfugiés concernant la relocalisation de ces derniers dans un autre camp pour plus de sécurité.

La Rapporteure Spéciale voudrait également rappeler que la Convention de l'OUA régissant les aspects propres aux problèmes des réfugiés en Afrique, demande à ce que les problèmes des réfugiés soient abordés d'une manière essentiellement humanitaire pour leur trouver une solution.

Elle insiste donc sur la nécessité de respecter le caractère civil des camps de réfugiés et l'urgence d'ouvrir une enquête concernant ces évènements malheureux afin de déterminer les responsabilités réciproques.

Banjul le 13 mai 2020