+220 441 05 05-6 | au-banjul@africa-union.org

Commission africaine des droits de l'homme et des peuples

Communiqué de presse sur les violences résultant de la publication des résultats définitifs des élections législatives au Mali


La Commissaire en charge de la promotion et la protection des droits de l’homme au Mali, l’Honorable Commissaire Maya Sahli-Fadel et la Rapporteure Spéciale sur les prisons, les conditions de détention et l’action policière en Afrique, l’Honorable Commissaire Maria Teresa Manuela sont profondément préoccupées par les manifestations qui ont suivi la proclamation des résultats des élections législatives par la Cour constitutionnelle du Mali.

Les Commissaires déplorent l’utilisation disproportionnée de la force par la police, l’usage des balles réelles dans certaines villes telles que Sikasso et Kayes où il y a eu plusieurs blessés ainsi que des morts et de nombreux dégâts matériels tant publics que privés; notamment la destruction de nombreux commissariats dans la ville de Kayes.

Les Commissaires condamnent fermement ces évènements susmentionnés et rappellent aux autorités maliennes qu’il leur incombe de prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir, enquêter et poursuivre toutes les violations des droits de l’homme avant, pendant et après la période électorale, ainsi que pour apporter des solutions urgentes et appropriées aux victimes.

Les Commissaires rappellent aux autorités maliennes le contenu de la Résolution CADHP/Res.259(LIV)2013 sur la police et les droits de l’homme en Afrique, qui souligne le rôle que doit jouer la police dans la promotion et la protection des droits de l’homme.  En outre, elle rappelle  les Lignes directrices pour le maintien de l’ordre par les agents chargées de l’application des lois lors des réunions en Afrique, adoptée par la Commission africaine en 2017, et l’obligation de respecter et de protéger le droit de réunion en assurant la sécurité publique et le respect des droits de l’hommede toutes les personnes ;et enfin la responsabilité stipulée dans l’Observation générale n°3 sur la charte africaine des droits de l’homme et des peuples sur le droit à la vie  (article n°4) qui exige des enquêtes et, si nécessaire, des poursuites pénales.

Les Commissaires espèrent que les autorités maliennes prendront les mesures nécessaires pour protéger les populations, assurer leur sécurité, garantir le droit à la manifestation pacifique et le retour au calme et à la cohésion sociale.

Banjul le 19 mai 2020