+220 441 05 05-6 | au-banjul@africa-union.org

Commission africaine des droits de l'homme et des peuples

Communiqué de presse conjoint sur les tueries de plus de soixante(60) personnes dans la localité de Masteri, dans la région de Darfour-Ouest en République du Soudan


La Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (la Commission) a appris avec consternation l’attaque perpétrée par un groupe armé d’environ 500 hommes le 25 juillet 2020 et qui a occasionné la mort de plus de 60 personnes et 60 blessées en majorité de la localité de Masteri, dans la région de Darfour-Ouest en République du Soudan, actes suivis de pillage et incendie de  plusieurs maisons, des marchés et des magasins.

La Commission condamne vivement cette barbarie à l’endroit des agriculteurs de la communauté Masalit issus de tribus noires qui sont en conflit avec les tribus nomades arabes à propos des terres.Elle présente ses condoléances les plus attristées aux familles éprouvées et au peuple soudanais.

La Commission est profondément préoccupée par la recrudescence des tueries et autres violations des droits de l’homme visant des agriculteurs retournés dans leur village après plusieurs années de vie dans les camps de déplacés en raison de la crise humanitaire et des violations des droits de l’homme persistantes dans la région du Darfour.

Tout en saluant l’autorisation de retour sur leurs terres accordée aux agriculteurs déplacés internes au terme d'un accord conclu il y a deux mois sous l'égide du gouvernement avec ceux qui s'y étaient installés durant le conflit, la Commission est préoccupée par l’absence de mesures adéquates prises par les autorités soudanaises pour sa mise en application par une protection efficace des retournés et de leurs biens.

La Commission invite les autorités compétentes à diligenter des enquêtes indépendantes et impartiales sur les violations alléguées afin d’identifier et de traduire les présumés auteurs en justiceet à veiller à ce que les victimes et les membres de leurs familles aient accès à des réparations adéquates.

Elle exhorte les autorités soudanaises à adopter des mesures idoines en vue de garantir l’intégrité physique et la sécurité de toutes les personnes et leurs biens dans le pays en général et dans la région du Darfour en particulier, conformément aux obligations découlant de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples et des autres instruments juridiques régionaux et universels relatifs aux droits de l’homme ratifiés par la République du Soudan.

 

Fait à Banjul le 29 juillet 2020

 

Honorable Commissaire Ndiamé Gaye

Président du Groupe de travail sur la Peine de mort, les Exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires et les disparitions forcées en Afrique

 

Honorable Commissaire Essaiem Hatem

Commissaire en charge de la situation des droits de l’homme en République du Soudan