+220 441 05 05-6 | au-banjul@africa-union.org

Commission africaine des droits de l'homme et des peuples

Journée internationale des migrants 18 décembre 2020


Les migrants doivent être inclus dans tous les plans de relance COVID-19 - experts des Nations unies et de la région

GENÈVE (17 décembre 2020) - Les migrants et leurs familles, quel que soit leur statut migratoire, doivent être inclus dans les plans nationaux de réponse et de redressement COVID-19 de tous les pays, ont déclaré aujourd'hui des experts des droits de l'homme* dans une déclaration à l'occasion de la Journée internationale des migrants. Leur déclaration complète est la suivante :

"La pandémie a démontré à l'échelle mondiale les contributions vitales que les travailleurs migrants apportent aux économies locales. Les travailleurs migrants constituent une main-d'œuvre essentielle dans divers secteurs qui contribuent à la fourniture de services essentiels pendant la pandémie COVID-19, y compris dans les foyers domestiques. Parmi eux, les travailleurs migrants de la santé et des soins ont été en première ligne.

En ce jour où nous rendons hommage à tous les migrants, dans un contexte de crise sanitaire mondiale persistante qui a également de graves répercussions sur la gouvernance des mouvements migratoires, nous devons rappeler aux États de traiter tous les migrants avec dignité et de leur fournir un accès égal aux services, aux prestations, à l'information et à l'assistance.

Dans les plans nationaux de réponse et de redressement socio-économiques, les États doivent considérer les travailleurs migrants comme des atouts qui apportent de la main-d'œuvre, des compétences et de la diversité aux communautés d'accueil. Les migrants et leurs familles devraient être pleinement intégrés dans les plans nationaux pour mieux reconstruire et les États devraient s'engager dans une reprise plus inclusive et durable de la pandémie, tout en mettant en œuvre les impératifs de santé publique.

Avec un accès limité à la protection sociale et à des conditions de travail décentes, de nombreux migrants et leurs familles sont gravement menacés d'exploitation. La prévention de l'exploitation est une obligation fondamentale de tous les États en matière de droits de l'homme.

Les travailleurs migrants contribuent également à la résilience économique des pays d'accueil. Les États devraient investir dans le renforcement de la résilience des migrants et de leur famille en donnant accès aux services de base, y compris les services de santé, à tous les migrants, en particulier ceux qui se trouvent dans des conditions socio-économiques précaires. Lorsque les vaccins pour la COVID-19 seront disponibles, les migrants, quel que soit leur statut migratoire, devraient avoir accès aux vaccins au même titre que les autres, sur une base volontaire. Les États doivent lever, dès que cela se justifie, les mesures restrictives qui ont été imposées et qui ont eu un impact sur la mobilité humaine, la migration et les protocoles de protection en réponse à la pandémie".

 FIN

*Les experts : M. Felipe González Morales (Chili) a été nommé rapporteur spécial sur les droits de l'homme des migrants en juin 2017 par le Conseil des droits de l'homme des Nations unies, pour une période initiale de trois ans. En tant que rapporteur spécial, il est indépendant de tout gouvernement ou organisation et exerce ses fonctions à titre individuel. Il est professeur de droit international à l'université Diego Portales, à Santiago du Chili, où il est également directeur d'un programme de maîtrise en droit international des droits de l'homme.

M. Can Ünver, président du Comité pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille (CMW), qui est un organe composé de 14 experts indépendants qui surveillent la mise en œuvre de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille par les États parties. Il a tenu sa première session en mars 2004.

Mme Siobhán Mullally, Rapporteuse spéciale sur la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants

Mme Julissa Mantilla Falcón, rapporteur sur les droits des migrants de la Commission interaméricaine des droits de l'homme. La Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) est un organe principal et autonome de l'Organisation des États américains (OEA). La CIDH tire son mandat de la Charte de l'OEA et de la Convention américaine relative aux droits de l'homme. La Commission interaméricaine a pour mandat de promouvoir le respect et la défense des droits de l'homme dans la région et agit comme un organe consultatif de l'OEA dans ce domaine. La Commission est composée de sept membres indépendants qui sont élus à titre individuel par l'Assemblée générale de l'OEA et qui ne représentent pas leur pays d'origine ou de résidence. 

Mme Sahli Fadel Maya, Rapporteure spéciale sur les réfugiés, les demandeurs d'asile, les personnes déplacées internes et les migrants de la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples

Pour plus d'informations et les demandes des médias, veuillez contacter Yiyao Zhang (+41 22 917 85 94 / yzhang@ohchr.org) et Gotzon Onandia (gonandia@ohchr.org) ou Idrissa Kane, secrétaire du Comité CMW (+41 22 917 92 73 / ikane@ohchr.org) et Nikolaus Schultz (+41 22 917 92 28 / nschultz@ohchr.org)

Pour les demandes des médias concernant les autres experts indépendants des Nations unies, veuillez contacter Renato de Souza (+41 22 928 9855 / rrosariodesouza@ohchr.org), Jeremy Laurence (+41 22 917 7578 / jlaurence@ohchr.org) et Kitty McKinsey (kmckinsey@ohchr.org)