+220 441 05 05-6 | au-banjul@africa-union.org

Commission africaine des
droits de l'homme et des peuples

Déclaration de la Rapporteure spéciale sur les Droits de la Femme en Afrique, à l’occasion de la « Journée internationale de la Femme »


La Rapporteure spéciale sur les droits de la femme en Afrique (la Rapporteure spéciale) de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples se joint au reste du monde pour commémorer la Journée internationale de la Femme. Cette journée est consacrée à la reconnaissance et à la glorification de la femme, mais elle vise également à faire le point sur les réalisations, les défis à relever et les luttes pour promouvoir et protéger les droits politiques, économiques, sociaux et culturels des femmes dans le monde. 

Le thème de la célébration de cette année : « Les femmes et le leadership » : Bâtir un avenir à chances égales dans un monde COVID-19 », est pertinent et opportun, car il offre l’occasion de mettre en évidence les rôles de leadership remarquables des femmes africaines, notamment les actions concrètes prises à tous les niveaux au sein de leurs communautés en vue de contribuer à la gestion et au processus de rétablissement de la pandémie de COVID-19, ainsi que les défis auxquels elles sont confrontées et les luttes qu’elles continuent de mener pour atteindre l’égalité des sexes dans toutes les sphères de l’activité et du développement humains.

Bien que le continent africain ait franchi des étapes importantes dans la promotion des droits de la femme, notamment la réalisation de l’égalité des sexes, en mettant en place les cadres et mécanismes juridiques nécessaires qui ont permis aux femmes africaines d’accéder à des postes de direction, il reste toutefois beaucoup à faire pour combler le fossé entre les sexes, car les femmes sont encore sous-représentées dans la vie publique et aux postes de décision. 

Le continent n’a connu que neuf femmes chefs d’État depuis qu’il a obtenu son indépendance politique du régime colonial, mais actuellement une seule, la Présidente de l’Éthiopie, occupe un poste de leadership actif.  Certaines de ces dirigeantes ont pris la relève à des moments très critiques et ont conduit leur pays vers un transfert pacifique du pouvoir. 

De nombreux États parties à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples (la Charte africaine), au Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (le Protocole de Maputo) et à la Déclaration solennelle sur l’égalité des sexes en Afrique, n’ont pas encore pleinement respecté les droits qui y sont consacrés.  Il convient donc de rappeler cet état de fait et d’appeler toutes les parties prenantes, y compris les Gouvernements africains, les Institutions nationales des droits de l’homme, les Organisations de la société civile et les femmes africaines, à déployer davantage d’efforts, si nous voulons vraiment réaliser l’Afrique que nous voulons, comme prévu par l’Agenda 2063.

L’appel lancé pour avoir un plus grand nombre de femmes occupant des postes de direction en vue de bâtir un avenir avec des chances égales dans le monde de COVID -19, est également opportun, car ce sont les femmes et les jeunes filles qui ont subi la plus grande conséquence de de la pandémie de COVID-19, notamment les niveaux élevés de violence basée sur le sexe, de violence sexuelle et domestique dont elles sont victimes, la perte de sources de revenus et l’accès limité aux services de santé et de santé de la reproduction, mais la plupart des réponses nationales à la pandémie n’ont pas été suffisamment sensibles à la dimension genre.  Les femmes ont également joué un rôle de premier plan dans la lutte contre la pandémie en tant que volontaires, militantes, infirmières, sages-femmes, soignantes, médecins, agents de santé communautaire, femmes de ménage, blanchisseuses et traiteurs. Toutefois, les besoins de la plupart de ces femmes, en particulier ceux des travailleurs de la santé, n’ont pas été considérés comme prioritaires, les exposant ainsi à des risques sanitaires et à d’autres risques sociaux.

Alors que nous commémorons aujourd’hui la Journée internationale de la femme, la Rapporteure spéciale voudrait, une fois de plus, rappeler aux États africains leurs obligations au titre du Protocole de Maputo et d’autres instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme, notamment leur obligation de prendre des mesures concrètes pour relever efficacement les défis posés par la pandémie sur les femmes et les filles en Afrique. À cette fin, une représentation égale des femmes dans la prise de décision est cruciale pour garantir la protection effective des droits des femmes. Ceci est important car le rapport du Secrétaire général des Nations Unies confirme que, dans de nombreux pays où les femmes ont occupé des postes de direction, la riposte à la pandémie de COVID- 19 a été particulièrement efficace.

Il est de notre responsabilité collective de veiller à ce que nos lois nationales soient renforcées, que des mesures adéquates soient prises et que des approches innovantes soient adoptées pour que les femmes contribuent de manière effective au développement et à la grandeur de notre Continent.

La Rapporteure spéciale réaffirme donc l’engagement de la Commission, dans le cadre de son mandat, à continuer de travailler avec toutes les parties prenantes et tous les partenaires, en vue de combler le fossé entre les sexes, notamment en garantissant une représentation égale des femmes dans la vie publique et dans la prise de décision en Afrique.

La Rapporteure spéciale réitère également son appel aux États africains qui n’ont pas encore ratifié le Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique et la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, à le faire, et à harmoniser en conséquence leurs lois nationales, afin de mieux protéger les droits des femmes.

Enfin, la Rapporteuse spéciale souhaite à toutes les femmes une célébration joyeuse et mémorable de la Journée internationale de la Femme.

8 mars 2021