+220 441 05 05-6 | au-banjul@africa-union.org

Commission africaine des droits de l'homme et des peuples

DECLARATION DU GTPAPH à L’OCCASION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE SENSIBILISATION à L’ALBINISME


Le 18 décembre 2014, l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté la Résolution A/RES/69/170 proclamant, à partie de l’année 2015, le 13 Juin Journée Mondiale de sensibilisation à l’Albinisme.

Avant cela, en 2013 et 2014 respectivement, le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies et la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, avaient, par des résolutions, réclamé  la prévention des agressions et de la discrimination dont étaient victimes les personnes atteintes d’albinisme.

L’albinisme est une maladie rare, non contagieuse mais héréditaire, qui se traduit par l’absence de mélanine dans les cheveux, la peau, les yeux (albinisme oculo-cutané). Ce phénomène touche les populations du monde entier, sans distinction de race ni de sexe. Cependant, selon les estimations de l’OMS, l’on trouve entre 1 cas sur 5000 et 1 cas sur 15 000 en Afrique subsaharienne. L’absence de mélanine rend les personnes qui en sont atteintes vulnérables au cancer de la peau, du fait du soleil, et victimes de déficience visuelle permanente.

S’agissant donc d’une maladie, l’albinisme n’est ni le résultat d’une malédiction, ni  le résultat d’un phénomène de sorcellerie. Il relève plutôt du handicap.

C’est pour cela que se félicitant du choix du thème retenu cette année par les Nations Unies, à savoir : « FORTS, ENVERS ET CONTRE TOUT », le GTPAPH rappelle et réaffirme que l’albinisme ne constitue ni une barrière, ni un frein à l’Afrique que nous voulons.

En effet, parmi ses dignes fils et filles dont l’Afrique peut être fière, figurent des personnes atteintes d’albinisme, telles que :

  • Sur le plan des droits de l’homme, l’avocate Nigériane IKPONWOSA ERO, première Experte Indépendante des Nations Unies sur l’exercice des droits de l’homme par les personnes atteintes d’albinisme ;
  • Sur le plan de la culture, l’artiste musicien  Malien SALIF KEITA, ainsi que le mannequin Sud-Africain  THANDO HOPA, par ailleurs avocate ;
  • Sur le plan de la justice, la Kenyane GRACE NGUGI, Juge à la Haute Cour du KENYA ;
  • Sur le plan universitaire, la Camerounaise KILO VIVIAN ASHERI, titulaire d’un PHD in Theatre Studies, Communication and Theatre of Education, par ailleurs membre du gouvernement au Cameroun ;
  • Sur le plan de la médecine, le Camerounais NGOUATNA SERGE, Médecin-Réanimateur ;
  • Sur le plan politique, le Tanzanien ABDALLAH SALEH POSSI, plusieurs fois ambassadeur de son pays auprès de pays européens et universitaire ;
  • Sur le plan des affaires, le Camerounais CHARLES ROLLIN OMBANG EKATH, pasteur et entrepreneur, ADG de banque, pour ne citer que ceux-là.

Ainsi, le GTPAPH, à l’occasion de cette célébration,

Rappelant la Résolution n0263 de la Commission Africaine des Droits de l (Homme et des Peuples sur la prévention des agressions et de la discrimination à l'égard ’es personnes souffrant d’albinisme (CADHP/Res.263(LIV) 2013,

Agissant dans le cadre de sa résolution n0373, relative au Plan  d’Action Régional sur l’Albinisme en Afrique 2017-2021 (CADHP/Res.373 (LX) 2017,

Se félicitant de l’adoption du Protocole à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples relatif aux droits des Personnes Handicapées en Afrique,

Invite instamment les Etats-parties à la Charte, qui ne l’ont pas encore fait, à ratifier ledit Protocole, afin d’assurer la protection effective des droits des personnes handicapées en général, et de ceux des personnes atteintes d’albinisme en particulier,

Car nous avons tous un handicap, plus ou moins accentué.

 

La Présidente du Groupe de Travail sur les droits des Personnes Agées et des Personnes Handicapées.

 

Le 14 juin 2021.